Regards sur l’agropastoralisme « Mobilité à risques », EXPOSITION gilles coulon

                                       

 

 

A 29 ans, Gilles Coulon est lauréat World Press pour son travail photographique sur les peuples transhumants entre le Mali et la Mauritanie. Près de 20 ans plus tard, il réitère l’expérience pour Acting for Life.

Gilles Coulon a ainsi suivi plusieurs groupes d’éleveurs dans leur transhumance entre Fada N’Gourma, à l’est du Burkina Faso, et Kara au Togo. Deux missions de trois semaines pour rendre compte de voyages qui durent souvent près de 9 mois. La première a eu lieu en saison sèche lorsque les éleveurs burkinabés descendent vers le sud, la seconde pendant la saison humide quand ils remontent vers leur village d’origine.

Marchant avec les éleveurs, il partage leur quotidien pendant plusieurs semaines. « Je suis stupéfait de voir ces gens qui partent avec rien, un blouson, une paire de chaussures, un bâton, qui partent en pâturage plusieurs fois par jour, tous les jours. Même quand ils ne se déplacent pas, ce sont 6 heures de marche quotidienne au minimum. »

« Ils sont régulièrement mal perçus, mal traités, mal accueillis »

Alors que la transhumance est une activité traditionnelle, nécessaire, et facteur de développement économique des territoires, les éleveurs transhumants sont confrontés à de nombreuses difficultés. Conflits avec les agriculteurs et les populations locales des régions qu’ils traversent, empêchements au niveau des frontières : le parcours est semé d’embûches.

Pour le photographe : « Ce sujet est vraiment d’actualité : il met en lumière la question de la  mobilité, et à quel point elle est menacée. Aujourd’hui, quelqu’un qui bouge est quelqu’un de suspect. On le voit dans nos sociétés, de plus en plus de gens se sédentarisent. »

Acting for Life et ses nombreux partenaires sur le terrain agissent dans 10 pays d’Afrique de l’Ouest, dont le Burkina Faso et le Togo, pour soutenir l’agropastoralisme. Pouvoir se déplacer avec le bétail est l’un des principaux fondements de la résilience des populations locales : c’est une stratégie de base qui permet de gérer les déséquilibres saisonniers, traverser les épisodes extrêmes, et se remettre des crises.
Sur le terrain, le photographe a été accompagné et introduit auprès des éleveurs transhumants par l’ONG burkinabée Réseau de Communication sur le Pastoralisme (RECOPA), partenaire d’Acting for Life sur les projets d’appui à la mobilité du bétail.

L’exposition « Mobilité à risques » réunit une quarantaine de photographies de Gilles Coulon, prises en 2016. Elle est présentée à Paris, Bamako et Ouagadougou.

Informations pratiques :

- Du 11 mai au 15 juin 2017
Du lundi au vendredi, de 9h à 19h
Vernissage public : jeudi 11 mai 2017 à 19h
Central Dupon Images
74, rue Joseph de Maistre, 75018 Paris
M° Guy Môquet (l. 13) ou M° Lamarck-Caulaincourt (l. 12)

www.centraldupon.com

-Débat et vernissage, 16 juin *
Institut français de Ouagadougou
Avenue de la Nation, entre le siège de la Sonabel et de la CNSS
www.institutfrancais-burkinafaso.com
* dates provisoires

En savoir plus…

Sur les programmes d’appui à l’agropastoralisme d’Acting for Life en Afrique de l’Ouest, Cliquez ici >>>
Vidéo présentant le travail de Gilles Coulon le site d’Acting for Life, Cliquez ici >>>
Sur le site de Tendance Floue, collectif de photographes, Cliquez ici >>>