VALORISER LES CULTURES MARAICHERES POUR UNE MEILLEURE NUTRITION DES MENAGES

Région :                               Région des Cascades, Province de la Léraba

Axes :                                   Accès aux marchés

Partenaire :                          INADES, Institut Africain pour le Développement économique et social

Durée du projet :                  1 an

Date de lancement :             Septembre 2016

Budget total :                        59 K€

Contributeurs financiers :     Fondation AnBer, resources locales

Le Contexte

Le Burkina Faso fait partie des pays les plus pauvres au monde, avec plus de 18 millions de personnes dont 47% ont moins de 15 ans. Sur un  potentiel de terres agricoles évalué à 9 millions d’hectares, seulement 46% sont exploités et les conditions alimentaires de la majorité de ménages sont soumises à de fortes variations saisonnières. Plus de la moitié des ménages connaissent au moins une période de pénurie dans l’année. La région des Cascades est située à l’extrême Ouest du pays connait des taux de malnutrition infantile très élevés.  En 2013, la prévalence de la malnutrition chronique des enfants de moins de 5 ans de la région  était de 40,9% (la plus élevée du pays).

L’Action

Ce projet a pour objectif de renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages dans la région des Cascades.    En partenariat avec Inades, l’appui d’Acting for Life permettra d'accompagner des groupes de femmes à produire des produits maraîchers, en utilisant des techniques de production agro écologique, mais aussi à sensibiliser et à promouvoir au sein de la communauté une alimentation diversifiée et équilibrée.

Les indicateurs clefs

  • 2 100 enfants de 6 à 12 ans parmi les élèves scolarisés dans les écoles primaires des 5 villages bénéficient directement de  la restauration scolaire.
  • 5 associations des mères éducatrices (AME) dans 5 communes rurales développent des actions et renforcent leurs compétences.
  • 700 ménages de la province de la Léraba seront touchés par les actions soit plus de 4 000 personnes.
  • Les écoliers, les hommes, les leaders locaux, les enseignants et les autorités communales seront associés au projet.

Les Impacts et co-bénéfices

  • Les revenus des femmes membres des groupements ont augmenté grâce à la production et à la vente de produits maraîchers.
  • L’état nutritionnel des ménages est amélioré grâce à la promotion de la consommation des produits maraîchers riches en micronutriments.
  • Les groupements de femmes se professionnalisent et la cohésion sociale est renforcée à travers l’exploitation de sites maraîchers collectifs

Une approche responsable

  • Un projet en partenariat avec les écoles et les centres de santé des villages concernés.
  • Des actions de plaidoyer en faveur d’une alimentation saine et équilibré au sein des écoles  et des familles.