PROGRAMME D’APPUI À LA RÉSILIENCE DES SYSTÈMES AGROPASTORAUX EN AFRIQUE DE L’OUEST

Région :                                Mali, Burkina Faso, Niger, Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Bénin

Axes :                                   Accès aux marchés

Partenaire :                          ACAD, Lycée Techniques de Natitingou, ANCB

Durée du projet :                  3 ans

Date de lancement :            Juillet 2015

Budget total :                       4 100 K€

Contributeurs financiers :    Agence Française de Développement, Air France

L’Action

Ce programme permet de poursuivre la construction d’une intervention à dimension sous-régionale déjà amorcée par Acting for Life et ses partenaires dans la sous-région. Il vise à consolider les dispositifs méthodologiques déjà mis en place (chaîne de valeur et de ressources des activités agropastorales sur un territoire donné), préalables à l’établissement de  conventions entre les organisations de producteurs et collectivités.

En outre, il élargit le territoire transfrontalier d’intervention entre Sahel et pays côtiers, en reliant le sud-Mali, l’est et l’ouest du Burkina Faso, le sud-ouest du Niger et le nord de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Togo et du Bénin.

Il s’agit de zones de production à fortes densités humaines et animales où la mobilité transfrontalière du bétail revêt à l’heure actuelle un caractère de plus en plus conflictuel, notamment dans le nord du Ghana. Du point de vue de la fonctionnalité des systèmes agropastoraux, l’exploitation des ressources pastorales dans le nord ivoirien ou ghanéen est une nécessité absolue, du fait de l’allongement soutenu des parcours de transhumance vers le sud par les agropasteurs burkinabé et maliens.

Les indicateurs clefs et impacts

  • 1000 personnes clefs issus des agropasteurs, de leurs organisations et des autres acteurs clefs du secteur ont acquis une nouvelle vision des enjeux posés
  • 50 animateurs parmi les partenaires et groupes cibles sont capables d’animer des débats informés auprès d’un public multi-acteur sur les enjeux de l’élevage, du commerce de bétail, et de la mobilité transfrontalière à l’aide d’outils
  • Au moins 80% des ménages ciblés ont eu accès aux couloirs sécurisés et les équipements mis en place et ont amélioré leur capacité à être mobiles et ont un accès aux intrants zootechniques (200 tonnes) et vétérinaires
  • Diminution d’au moins 30 % des conflits d’accès aux ressources
  • Au moins 11 plans d’action de développement locaux sont actualisés, et incluent des stratégies d’intervention pour la sécurisation et l’aménagement des pistes
  • 35 structures de gestion concertées agréées et opérationnelles assurant une gestion inclusive et durable des aménagements réalisés : points d’eau, aires de repos, aires de pâture
  • Au moins 75% ont noté des changements significatifs (résistance aux maladies, l’augmentation de la productivité des troupeaux, la production laitière et l’état d’engraissement des animaux destinés a la vente